BIOGRAPHIE MAJORETTE - HISTOIRE DE CETTE MARQUE FRANCAISE DE MINIATURES - car-collector.net car-collector collection modèles réduits
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Modele

28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 23:34

BIOGRAPHIE MAJORETTE - HISTOIRE DE CETTE MARQUE FRANCAISE DE MINIATURES

     L'entreprise a été fondée en 1961 à Lyon (69 - France) sous le nom « Rail-Route Jouets » par Émile Véron, frère de Joseph Véron, fondateur de Norev. Deux types de produits cohabitent à l'origine : les trains ("Rail") à l'échelle 1/143e et les véhicules ("Route") à une échelle variant du 1/65e (voitures) au 1/100e (camions semi-remorques + bus). C'est en 1966 que la dénomination devient « Majorette » alors que la production des trains a été abandonnée entretemps.

En 1977, Majorette est introduit en bourse et Émile Véron rachète Solido sauf la série militaire pour convictions personnelles. Au niveau mondial, malgré la concurrence de Matchbox, une filiale de distribution est implantée en Floride aux Etats-Unis en 1982 ainsi qu'une petite production au Brésil, confiée à des sous-traitants locaux pour le marché local, pendant environ 5 à 6 ans.

Durant cette époque, Majorette est florissante : C'est le premier constructeur mondial d'automobiles miniatures.

  • 400 000 miniatures produites par jour
  • commercialisation dans 60 pays
  • Majorette Distribution SA prend en charge la distribution des produits Solido, Verem, Majorette-Pub et de Solido-Pub.

 

Les années 1980 sont plus difficiles, une partie grandissante de la production est alors délocalisée en Thailande- 1986. En 1994, au Portugal, une nouvelle production commence sous l'appellation "Novacar" mais elle sera de très courte période (moins de 3 ans). Ces modèles Novacar (châssis métal, coque plastique) comptera jusqu'à 18 modèles (numérotation dans la série "100") qui seront intégrés dans la gamme Majorette comme des modèles "Majorette" à part entière en abandonnant leur numérotation et la coque plastique pour une en métal.

La production en Thaïlande s'accroît très vite. La qualité des détails baisse, la plupart des nouveaux modèles ne disposent plus d'accessoires mobiles (portières, capots), les châssis sont désormais en plastique. La marque placée en liquidation judiciaire en 1992 est vendue à Idéal Loisirs en 1993. En 1996, Triumph-Adler AG, fabricant allemand de bureautique, rachète Majorette pour se diversifier dans le jouet. Le succès n'est pas au rendez-vous et Majorette est liquidée en 2000.

En 2001, le site historique de Rillieux-la-Pape est fermé 

En 2003, c'est finalement le groupe jurassien du jouet Smoby qui rachète la marque «Majorette Toys» pour relancer une production délocalisée en Thailande.

En 2007, après des rachats importants, Smoby est placé en liquidation judiciaire à nouveau. C'est l'américain MGA Entertainment Inc., propriétaire de grandes marques de jouets et de licences sur des produits dérivés, qui reprend l'ensemble du groupe Smoby avec un consortium de banques internationales. En 2008, après le placement en redressement judiciaire du Groupe Smoby-Majorette, c'est le groupe financier MI29 qui pilote la société Majorette SAS.

En 2010, Smoby (rebaptisé Smoby Toys) reprend son ancienne filiale à la barre du tribunal de commerce de Paris.

BIOGRAPHIE MAJORETTE - HISTOIRE DE CETTE MARQUE FRANCAISE DE MINIATURES

Partager cet article

commentaires