BIOGRAPHIE DE LA M.I.A.M. MINI INDUSTRIE AUTOMOBILE MANTAISE - car-collector.net car-collector collection modèles réduits
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 22:39

BIOGRAPHIE DE LA M.I.A.M. MINI INDUSTRIE AUTOMOBILE MANTAISE

 

 

Nous sommes en septembre 1971...

     Un jeudi après-midi à Mantes-la-Ville, deux jeunes garçons qui s'ennuient rencontrent un copain bricoleur. Tous trois ont une commune passion: les voitures miniatures.

     Le temps de rèfléchir, et dès la semaine suivante, les trois (qui sont bientôt quatre, puis cinq) apportent des modèles, dessinent des plans, commencent à découper des pièces. Seul le local manque. Ils viennent alors chercher refuge au sous-sol de l'église du Sacré-Coeur, amenant avec eux d'autres camarades. Tout ce petit monde scie à la main, un peu n'importe comment, installé sur deux bancs...

 

A L'USINE !

 

      Aujourd'hui, ils sont une soixantaine (trois équipes de vingt). Ils ont formé une communauté où le travail se fait dans l'amitié, la joie et la bonne volonté. Ils ont même fondé une entreprise ! Sans doute, une des plus jeunes du genre: la M.I.A.M (Mini Industrie Automobile Mantaise).

      Tous les jeudis et samedis (les dimanches étant réservés aux 10-13 ans), qu'il pleuve, qu'il neige ou que le soleil incite à la promenade, 20 garçons de 14 à 16 ans se retrouvent à "l'usine" où, avec de minis moyens, ils fabriquent de mini-voitures sur un mini-chaîne.

      Chaque équipe, explique Christian, l'animateur de l'entreprise, a un responsable élu par ses propres membres. Ce chef a pour mission de distribuer le travail, de le vérifier et de donner un conseil le cas échéant car nous ne sommes que des amateurs...

BIOGRAPHIE DE LA M.I.A.M. MINI INDUSTRIE AUTOMOBILE MANTAISE

Les mini-metallos sont à leur poste dans l'atelier de fabrication des mini-voitures. Ils ignorent l'absenteisme.

BIOGRAPHIE DE LA M.I.A.M. MINI INDUSTRIE AUTOMOBILE MANTAISE

     Des amateurs qui se défendent bien, et qui, sans difficultés, passent de la perceuse à la ponceuse. Pourtant chacun est fier de sa spécialisation. Daniel découpe dans le bois les pare-brise, et quand on a besoin d'une douzaine de portières dans un minimum de temps, on fait appel à lui. Il a le coup de scie dans la main ! Jean-Luc ponce, Dominique peint, Bertrand met... de l'ambiance dans l'équipe, quand il n'est pas à la batterie! Car la M.I.A.M a son orchestre. D'ailleurs à la M.I.A.M. on fait de tout: mécanique, électricité, montage... et même un journal: "Le Cric", le journal des Cracs. Il n'y a pas de hiérarchie, mais un partage des responsabilités.

     J'ai appris en regardant les autres, dit Philippe. Ca me plaît parce que c'est un loisir qui occupe l'après-midi et qui donne le goût de bien faire.

 

 

SOUS LE SIGNE DU "SYSTEME D"

 

     En faisant le tour du local, une chose saute aux yeux: c'est le royaume du Système D. Ici, avant d'être mécanicien, il faut être bricoleur. Et si personne n'avait le sens de la récupération, il n'y aurait guère de matériel. La plus importante source de moyens: la casse! Tout ce qui peut servir est ramassé: moteurs de machines à laver, de moulins à café, d'aspirateurs.

     On a pris la caisse d'une machine à laver pour monter une scie circulaire à un tour, explique Didier. De même, on a installer sur un mixeur, une plaque de fer et un disque abrasif. Quand ça tourne, on a une ponceuse très valable.

BIOGRAPHIE DE LA M.I.A.M. MINI INDUSTRIE AUTOMOBILE MANTAISE

Une perceuse à main construite à partir d'un moteur de ventilateur monté sur un flexible et au bout une roulette de dentiste, permet à Pierre de faire des trous dans le châssis.

BIOGRAPHIE DE LA M.I.A.M. MINI INDUSTRIE AUTOMOBILE MANTAISE

Un mixer, une plaque de fer et un disque abrasif ont permis de faire une ponceuse très convenable.

BIOGRAPHIE DE LA M.I.A.M. MINI INDUSTRIE AUTOMOBILE MANTAISE

 

 

SIX METRES DE LAISSE A CHIEN

 

     Une récente "journée portes ouvertes" a permis la vente de plusieurs modèles à des particuliers: Land Rover, camions, 4L...

     Mais les "soixante" sont encore plus fiers des deux commandes qu'il viennent d'enregistrer: 400 camions frigorifiques qu'une entreprise de salaison destine au Noël des enfants de son personnel et 200 remorques Lama commandées pour le Salon du Camping et du Caravaning. De quoi mettre du beurre dans les épinards et de l'huile dans les rouages. Et surtout de complèter l'outillage.

     Au début le travail était moins fini, dit Didier. Alors que maintenant avec l'expérience et des moyens moins rudimentaires, on arrive à un meilleur résultat. Par exemple, la peinture, avant une table de toilette faisait l'affaire, actuellement on peint au pistolet.

     Quelquefois, dans les moments de presse, les parents viennent mettre la main à la pâte. Ainsi, c'est le père d'un garçon qui a installé la chaîne de montage. Six mètres de chaîne tournant au rythme... d'un tourne-broche. Cela permet de peindre à la bombe des châssis et des planchers.

     D'ou viennent ces chaînes?

Ce sont des laisses de chien astucieusement assemblées.

 

   

BIOGRAPHIE DE LA M.I.A.M. MINI INDUSTRIE AUTOMOBILE MANTAISE

Les jeunes sont très fiers de leur chaîne de montage qu'ils ont réalisée eux-mêmes en utilisant des laisses de chien.

BIOGRAPHIE DE LA M.I.A.M. MINI INDUSTRIE AUTOMOBILE MANTAISE

Sur la chaîne, une carrosserie en cours de montage. Sur la table, une mini Renault 4 terminée, prête à être livrée au client.

 

 

TETES D'EPINGLES ET CORDES DE PIANO

 

     Entre deux commandes, chaque garçon se fait la main sur sa propre voiture, lesquelles sont en bois au 1/20 (soit 25cm de long).

     Le bois vient d'une entreprise spécialisée dans la construction des grands ensembles. Elle nous offre gracieusement toutes ses chutes de contreplaqué. Un artisan du voisinage fournit le cuir et le daim nécessaire à la confection des sièges. Toujours de la récupération!  on retrouve le même souci d'économie dans les moindres détails. Les volants sont faits avec des anneaux de rideaux. Les phares sont réalisés avec des cabochons de standard téléphonique et les clignotants avec des têtes d'épingles en verre coloré. Reste la suspension. Là aussi, on obtient des résultats étonnants en utilisant des cornières d'alu et des cordes de piano.

     L'imagination créatrice de ces jeunes n'a pas de limites et on comprend que chacun soit fier de son oeuvre. D'ailleurs les projets ne manquent pas à la M.I.A.M. Tout en maintenant la production des mini-voitures, d'autres réalisations sont envisagées. En particulier, un kart encore secret et une rame de métro sur pneus.

 

Source: Magazine hebdomadaire Tintin n°1192 du 2 septembre 1971

Rédaction: Madame Suzanne Edith Peumery

BIOGRAPHIE DE LA M.I.A.M. MINI INDUSTRIE AUTOMOBILE MANTAISE
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Partager cet article

commentaires