LES DS DE COMPETITION - car-collector.net car-collector collection modèles réduits
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 21:15

LES DS DE COMPETITION

 LES DS DE COMPETITION

   Vedette de la fin des années 50, consacrée sur le plan commercial durant la décennie suivante, la DS a été reprise à maintes fois en miniature. Pourtant, bien que très faciles à réaliser, les versions compétition ne sont pas très nombreuses. Excepté les modèles qui correspondent aux deux victoires à Monte-Carlo, c'est un peu disparate. Même les productions artisanales ne permettent pas d'avoir un panorama complet des exploits de cette grande routière dans les grands rallyes internationaux.

   Ni Norev, ni Dinky Toys, les deux premiers industriels à s'intéresser à la DS ne jugèrent utile d'ajouter quatre plaques à leurs réalisations. Pourtant, un an après la présentation de la DS, on en trouvait déjà dans la plupart des grands rallyes internationaux. Mais l'époque n'était pas aux "variantes". Les collectionneurs devaient donc se débrouiller avec les moyens du bord. Peinture, découpage d'éventuels ronds de numéro dans du papier, même le support vierge de décalcomanies n'existait pas.

   Temps héroïques dont tout un chacun peut trouver trace au hasard d'une brocante, voire dans sa propre collection. C'est à Corgi Toys que revient l'honneur d'immortaliser une DS en version compétition. En bons britanniques, toujours prêt à "coller" à la réalité historique, les responsables de cette marque ajoutent deux plaques de rallyes et quatre numéros 75 sur leur DS disponible depuis 1957 sous la référence 210 (la première Corgi qui ne soit pas une voiture britannique), plantent une antenne radio à l'avant d'un toit peint en blanc pour mettre à leur catalogue 1965 une Monte-Carlo Citroën DS qui porte la référence 323. 

Un modèle que l'on retrouve dans une boîte cadeau (réf:38) aux côtés de la Mini-Cooper victorieuse de Timo Makinen et d'une Rover 2000.

Un modèle que l'on retrouve dans une boîte cadeau (réf:38) aux côtés de la Mini-Cooper victorieuse de Timo Makinen et d'une Rover 2000.

   Corgi a choisi de reproduire la voiture de Neyret et Terramorsi, septièmes cette année-là. C'est tout pour la production d'époque. Il faudra attendre quinze ans pour voir un nouvel industriel s'intéresser à la DS version compétition. Il s'agit d'Eligor, qui au début des années 80, sur la base du modèle DS 23 aux phares carénés, va confondre vitesse et précipitations en sortant un premier modèle, sous la référence 1124, qui est, selon les catalogues de la marque, d'abord uniformément bleu avec le n°75 du Monte-Carlo 1967 (ce qui est faux car cette année-là, c'est  une Sunbeam Imp qui avait ce numéro), puis avec la carrosserie bleue et le toit blanc et affublé du n°34 de l'édition 1970.

Un modèle assez précis, inclus plus tard dans un groupe de quatre miniatures, produites en série limitée sous les références 2001 (pour ladite n°34), 2002 pour la voiture de Ponelle et de Serpos, troisièmes au Maroc 1972, 2003 pour celle de Romaozhino Morais, dix-neuvièmes au Monte-Carlo la même année et 2004 pour la n°21 des autrichiens Bochnicek et Kernmayer, sixièmes à l'Acropole 1973 et vainqueurs en Groupe 1. Des modèles au décorations incertaines, puisque la n°29 a récemment troquée sa robe bleue pour une livrée orange vif!

 

 LES DS DE COMPETITION

 UN TOIT TROP INCLINE

   Plus récemment, Vitesse a exploité plus sérieusement sa base Salon de Paris 1955. En leader de ce type de produits qu'il est alors, le fabricant portugais va immortaliser les gagnantes des Monte-Carlo 1959 et 1966, n'ayant aucun mal à passer de l'ID 19 à la DS 21. Des classiques, puisque le premier modèle a été récemment repris sans aucune modification dans la série WMC (Winner Monte Carlo) où seule diffère la présentation avec un montage photo de la foule en arrière-plan et un panneau indicateur comme décor.  On peut penser que le modèle 66 va subir le même sort. Mieux documenté que ses rivaux. Vitesse va enfoncer le clou, avec des variantes Safari 1965, Londres-Sidney 1968, voire Mobil Economy Run 1967, affublant sa miniature d'accessoires adéquats ou modifiant, si besoin est, la carrosserie (ailes arrières). Et cette base qui sert de support à une série de décalcomanies réalisées par CB Com. Des transkits sans prétention, concernant le Monte-Carlo 1964 (quatre versions réf: 43.08) et, surtout, le Tour de Corse, auquel l'artisant orléanais consacre cinq références. Ainsi est-il possible de reproduire la DS 19 de Bianchi et Harris, seconds dans l'île de Beauté en 1961 (réf: 43.44), celle de mesdames Vanson et Barde, victorieuses de la Coupe des Dames 1961 (réf: 43.45), celle de Verrier et Rives, quatrièmes en 1963 (réf: 43.47), mais plus important, les vainqueurs des éditions 1963 (Trautmann et Chabert, réf: 43.48)

 LES DS DE COMPETITION
Bianchi / Ogier, Londres-Sidney 1968, fabricant Vitesse, réf: L126

Bianchi / Ogier, Londres-Sidney 1968, fabricant Vitesse, réf: L126

   Dans le même esprit que Vitesse, Rio a également développé des variantes compétition de la DS 19 berline. Il n'y a qu'un problème, une ligne générale fausse, avec un toit beaucoup trop incliné, ce qui gâche, bien sûr, le plaisir des collectionneurs. Bien entendu le fabricant italien a reproduit la gagnante du Monte-Carlo 1959.

   La DS 19 de Bianchi / Harris au Liège-Sofia-Liège 1961 est un des derniers modèles sortis chez Rio (réf: SL064).

La DS 19 de Bianchi / Harris au Liège-Sofia-Liège 1961 est un des derniers modèles sortis chez Rio (réf: SL064).

DES MODELES TRES SPECIAUX 

 

 Mais, à défaut d'exactitude, il a su faire preuve d'originalité. Ainsi a t-il mis à son catalogue,  la DS 21 de Lucette Poincet, gagnante de la Coupe des Dames au Monte-Carlo 1967 (réf: SL069), celle victorieuse du Raid Wembley-Munich 1974 ou encore celle du raid Alger-Centre-Afrique 1961 (réf: SL032). Récemment une plus intéressante version Liège-Sofia-Liège 1961 (Bianchi et Harris, réf: SL064) est venue s'ajouter à cette série de modèles produits en séries limitées, d'où leurs références commençant toutes par les lettres SL. Voilà ce qui s'est fait au niveau industriel concernant la DS compétition. Restent les artisans. Ignorée des étrangers, la DS n'a eu qu'un écho limité auprès des artisans nationaux. Ainsi, Provence Moulage, Starter, André-Marie Ruf, JPS ou Mini Racing n'ont jamais jugé utile de s'y intéresser. Réaction normale puisque, même mal exploitée, la base existait en produit facilement disponible. Les quelques modèles à monter que l'on trouve correspondent donc à des carrosseries spéciales. Ainsi, Automany s'est attaqué à la barquette Ricou 1958, dans deux configurations différentes, avec ou sans phares carénés.

 LES DS DE COMPETITION
Sans phares (Mont-Ventoux 1958) ou avec, Automany s'est intéressé à la DS très spéciale de Ricou (kits résine, réf: K153 et K175).

Sans phares (Mont-Ventoux 1958) ou avec, Automany s'est intéressé à la DS très spéciale de Ricou (kits résine, réf: K153 et K175).

   Une troisième DS revue et corrigée par le carrossier-préparateur de Chambéry figure également au catalogue Ministyle (réf: 53).

Il s'agit de la version Dussert et Rouet, victorieux au Neige et Glace.

Il s'agit de la version Dussert et Rouet, victorieux au Neige et Glace.

   Châssis court également chez Vroom, avec le proto 850 kilos, victorieux du Rallye du Maroc 1969 et chez Ceven Kit, avec celui que le portugais Romaozinho a imposé chez lui lors du Rallye du Portugal 1969. Modèles spéciaux également chez le fabricant CCC et Mini Route qui ont eu la même idée, à savoir, reproduire la DS engagée dans le Paris-Dakar 1980 et 1981. En poussant plus loin, il faut également ranger dans cette catégorie la fausse Traction Avant du Dakar 1982, (réf: 39), sortie début 1999 chez Mini Route, qui serait, en fait, une voiture dissimulant un châssis et une mécanique de DS 19.

Mini Route (réf: 39).

Mini Route (réf: 39).

    Raccourcies, rallongées, déformées, voilà les caractéristiques des DS produites en kit. Elles permettent aux afficionados de compléter leur collection et d'avoir ainsi un panorama finalement assez complet des prestations de cette voiture exceptionnelle en rallye.

 

CCC a, lui, porté son attention sur les châssis raccourcis du proto Neyret dans ses variantes 1970 et 1971.

Deux versions du proto Neyret chez CCC. La n°53 de 1970 (réf: 125) et la n°83 de 1971 (réf: 134).

Deux versions du proto Neyret chez CCC. La n°53 de 1970 (réf: 125) et la n°83 de 1971 (réf: 134).

Mini Route et CCC ont une vision différente des pare-brise au Dakar 1980-81

Mini Route et CCC ont une vision différente des pare-brise au Dakar 1980-81

Victoire pour Welinski et Tubinen au Wembley-Munich 1974, Rio, réf: SL033

Victoire pour Welinski et Tubinen au Wembley-Munich 1974, Rio, réf: SL033

  Kit Ceven kit, rallye du Portugal 1969, réf: 8

Kit Ceven kit, rallye du Portugal 1969, réf: 8

Parmi les décalcomanies de CB Com figurent quatre versions du Monte-Carlo 1964 (réf: 43.08)

Parmi les décalcomanies de CB Com figurent quatre versions du Monte-Carlo 1964 (réf: 43.08)

DS engagée au Monte-Carlo 1972, Eligor, réf: 2003

DS engagée au Monte-Carlo 1972, Eligor, réf: 2003

 LES DS DE COMPETITION

Partager cet article

commentaires